In 2014, more than 1.3 million people were malnourished in Burkina Faso, a situation that led to many recurring illnesses such as pneumonia, malaria and diarrhea. In partnership with Save the Children the Burkinabe Parliamentary Network for the Protection and Promotion of Child Rights (REPRODEN) have set new goals to solve the causes and dissipate the lack of treatment for these illnesses, among others that are affecting children.Established in January, this parliamentary network allows for a joint plan of advocacy to be created and enacted through MPs in order to help every last child. This collaboration of parliamentarians for the protection of children is a huge breakthrough in Burkina Faso and allows for a national approach to preventing illness. The validation workshop for REPRODEN’s action plan took place on 26th July 2016 and was chaired by the representative of the President of the National Assembly, Honourable Jacob Ouedraogo.

Cette ambition du REPRODEN est la résultante de l’attachement des parlementaires aux conventions internationales et régionales relatives aux droits de l’enfant. Dans l’optique d’atteindre ses objectifs, le réseau s’est doté d’un programme d’activités qui couvre la période 2016-2020. « Ce plan d’action, nous allons le mettre en œuvre pendant notre législature », a précisé la coordonnatrice du réseau, Reine Sankandé/Benao, avant de dévoiler quelques grandes actions qu’ils seront appelés à mener. « Nous avons prévu des activités de plaidoyer auprès des chefs coutumiers, des autorités politiques, la société civile etc. Egalement, nous prévoyons des sorties terrains sur les sites miniers afin de voir dans quelles conditions les enfants travaillent ». « Nous sommes des parlementaires, donc appelés à proposer des lois en faveur des enfants. Des lois qui cadrent avec les réalités de notre pays », a ajouté la coordonnatrice.

Pour l’occasion, Save the  Children a appuyé le REPRODEN dans l’organisation pratique de l’atelier. Le représentant du directeur pays, Moussa Traoré, dans son discours, a salué l’initiative du REPRODEN.    « Elle nous conforte dans notre position de défenseurs des droits des enfants », a-t-il laissé entendre. Toutefois, il a fait comprendre que cette initiative ne pourra se consolider qu’à travers l’établissement d’un partenariat actif avec les institutions, les parlements et les réseaux nationaux et/ou ayant des objectifs similaires à ceux du REPRODEN. Les différents participants à l’atelier ont manifesté un intérêt pour les activités programmées dans le cadre de ce réseau. A l’issue de l’atelier les suggestions ont porté sur la nécessité d’élaborer le document final en se référant au plan national de développement social (PNDS) Cela aura l’avantage de considérer d’une manière holistique les problèmes que rencontrent les enfants. Il s’agira aussi d’avoir un plan de suivi évaluation bien établi en vue d’un meilleur suivi du plan d’action. Enfin, il a été souhaité que le budget de 122 70 000 soit revu à la hausse pour être d’avantage réaliste au regard du nombre des activités et de la durée du plan d’action qui est de  cinq ans. En rappel, Save the Children est en partenariat avec le REPRODEN pour la mise en œuvre des activités de la campagne globale. Ainsi plusieurs activités de plaidoyer seront mises en œuvre avec les députés durant toute la durée de la campagne. C’est pourquoi l’ONG Save the Children accorde une grande importance à la mise en place de ce réseau et à l’effectivité des activités inscrites dans le plan d’action quinquennal.